Dans la presse

À Villers-Bretonneux, Evolucare fidélise ses salariés par tous les moyens

MEDIA : Le courrier Picard
PARUTION : Septembre 2019

  • Partager cet article :

La société éditrice de logiciels pour le monde de la santé peine à recruter. Pour séduire ses futurs salariés et fidéliser les embauchés, elle multiplie les propositions originales, comme la pratique du kart connecté.

Ambiance particulière, vendredi entre midi et deux, sur le parking de l’entreprise Evolucare, à Villers-Bretonneux, à l’est d’Amiens. De la rubalise empêche l’accès à cette entreprise éditrice de logiciels pour le secteur de la santé. La société K-Lamar vient d’installer son circuit de CrashKart, comprenez de karting connecté, mélange de karting et de laser game.

Des salariés viennent jeter un œil curieux. D’autres, plus téméraires, n’hésitent pas à prendre leur tour dans la file d’attente pour s’essayer au kart. « La délégation unique du personnel (ndlr : qui regroupe désormais délégués du personnel et comité d’entreprise) propose une sortie ou une activité chaque trimestre. Cela crée des liens différents entre les salariés et contribue à la cohésion des équipes », précise Raquel Bigot, responsable de la communication et, à ce titre, membre de la DUP.


 

Partager des expériences entre collègues

Quentin, 32 ans, analyste développeur, confirme, enchanté : « C’est sympa, très amusant. Un moment comme ça contribue à mettre une bonne ambiance dans les bureaux ». « Nos locaux étant éclatés sur le site, c’est une occasion de rencontrer les collègues », indique Loïc, lui aussi analyste développeur. Y compris ceux qui n’exercent pas le même métier, comme Peggy, 40 ans, adjointe au responsable test, tout sourire en descendant du kart : « C’est agréable de partager cette expérience mais il faudrait plus de deux heures pour maîtriser la conduite car ce n’est pas du tout comme le karting ! » Un avis partagé par Karine, 43 ans, chargée de qualité technique et professionnelle.

Des difficultés à recruter

L’animation a fait mouche, à la satisfaction des membres de la DUP et de Raquel Bigot. « C’est très positif. Une activité comme celle-ci constitue l’un des moyens pour la société de rester attractive ». Et l’enjeu est de taille pour Evolucare, qui a grand besoin de recruter pour accompagner son développement. « En 2018, nous avons embauché une quarantaine de collaborateurs en France. Cette année, une quinzaine de personnes nous ont déjà rejoint ». Des qualiticiens et des développeurs, principalement, des profils pour lesquels la concurrence est rude. « Les candidats sont convoités, ils peuvent choisir leur employeur ».

 

Se différencier pour séduire

C’est donc en se différenciant que la société picarde entend tirer son épingle du jeu. Elle développe le télétravail, mise sur son implantation en milieu rural, dans un cadre qualitatif et facile d’accès, n’hésite pas à accueillir des stagiaires du collège bretonvillois. « Nous voulons aussi être plus visibles car malgré notre présence dans la région depuis plus de 20 ans, nous ne sommes pas connus ». La stratégie commence à payer : des informaticiens picards, salariés jusqu’alors à Paris ou Lille, ont intégré la société, trop contents de s’affranchir de fastidieux trajets.

Septembre 2019 – Le Courrier Picard